retaper

retaper

retaper [ r(ə)tape ] v. tr. <conjug. : 1>
XVIe; de re- et taper
I
1Remettre dans sa forme (d'abord, en donnant des tapes). Retaper un lit : défroisser la literie.
2Réparer, arranger grossièrement; redonner superficiellement un aspect neuf, net à (qqch.). Retaper une vieille maison. Ses filles « retapant avec de nouvelles garnitures leurs uniques toilettes » (Zola).
3(1833) Fam. Remettre en bonne santé, en bonne forme. « Quelque bonne médecine indigène qui m'aurait retapé » (Céline). remonter, requinquer. Pronom. Il s'est retapé. rétablir.
IITaper de nouveau à la machine. Retaper une lettre.

retaper verbe transitif Familier. Réparer, remettre en état sommairement une chose usagée ou abîmée : Retaper de vieux meubles. Familier. Remettre quelqu'un en bonne condition physique : Ce traitement devrait le retaper. Familier. Refaire un lit superficiellement. Taper de nouveau un texte à la machine. ● retaper (synonymes) verbe transitif Familier. Réparer, remettre en état sommairement une chose usagée ou abîmée
Synonymes :
- rabibocher (vieux)
- rafistoler (familier)

retaper
v. tr.
d1./d Redonner sa forme (notam. en tapant) à. Retaper un lit.
d2./d Fam. Remettre sommairement en état.

⇒RETAPER, verbe trans.
A. — Taper de nouveau. Pouf! Pouf! Pouf! La Logeuse, tapant et retapant: Pan! Pan! Je n'aurais jamais cru qu'il tienne autant de poussière dans un savant (CLAUDEL, Soulier, 1929, 3e journée, 5, p. 792).
En partic.
♦ Taper de nouveau à la machine. Retaper une lettre. (Ds Lar. Lang. fr.).
Fam. Emprunter de nouveau de l'argent à quelqu'un. Je n'ose pas le retaper de mille francs (ROB.).
B. — P. méton., fam.
1. Remettre dans sa forme en donnant des tapes, remettre en état ce qui a été froissé, détérioré. Chaque jour elle [ma grand'mère] accusa injustement Françoise de mal « retaper » son lit (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 320).
2. [Le compl. désigne une chose] Réparer, arranger grossièrement, essayer de redonner un aspect neuf à quelque chose. Afin de dépister les gens, elle avait passé la journée à coudre des manches au corsage, et à se faire une pèlerine de dentelle, pour cacher ses épaules; tandis que, près d'elle, ses filles, en camisole sale, tiraient furieusement l'aiguille, retapant avec de nouvelles garnitures leurs uniques toilettes (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 46). Mais on commençait à se douter que ce n'était pas en retapant tant bien que mal un bout de chaussée ici ou ailleurs que l'on formerait le réseau cohérent dont l'armée, l'administration et le commerce avaient besoin (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 154).
Vieux
♦ ,,Retrousser les bords d'un chapeau en les serrant contre la forme`` (Ac. 1798-1878).
Retaper les cheveux. Peigner à rebours les cheveux d'une perruque et les faire renfler (d'apr. Ac. 1798-1878).
Au fig. Remanier un texte, une partition musicale. Du Roy s'en alla fouiller dans la collection de la Vie Française pour retrouver son premier article « Mémoires d'un chasseur d'Afrique », qui, débaptisé, retapé et modifié, ferait admirablement l'affaire (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 284).
3. [Le compl. désigne une pers.] Redonner de la vigueur. Synon. remonter, requinquer (pop.). Colladan: Je te dis de prendre un verre de vin! Sylvain, trinque avec tout le monde: Voilà. Il boit. Colladan: Ça retape un jeune homme, ça! (LABICHE, Cagnotte, 1864, II, p. 72). Ce pauvre M. Parent file un mauvais coton. (...) Voilà bientôt l'été, ça le retapera (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 616).
Empl. pronom. Rétablir sa santé; rétablir ses affaires. Gourgaud expliqua qu'il était allé se retaper chez un cousin de banlieue (MAGNANE, Bête à concours, 1941, p. 341).
C. — Arg., pop.
1. [Le suj. désigne une prostituée] Guetter et accoster le client. Synon. faire la retape. Les filles du trottoir retapent les hommes (Ch. VIRMAITRE, Dict. arg. fin-de-s., 1894, p. 253).
2. Vx. Recaler à un examen. (Dict. XXe s.).
Prononc. et Orth.: [], (il) retape []. BARBEAU-RODHE 1930: je retape [], [-]. MARTINET-WALTER 1973: à retaper [-], [-] (15, 3). Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Mil. XVe s. « se tapir, se renfoncer de nouveau » (JEHAN WAUQUELIN, Alexandre le Grand, Merveilles de l'Inde, éd. J. Berger de Xivrey, p. 438); 2. 1611 « fouler, presser de nouveau » (COTGR.); 3. a) 1752 « remettre dans sa forme en donnant des tapes » (Trév.); b) 1832 « remettre à neuf » (RAYMOND); c) 1869 retaper un lit (FLAUB., Éduc. sent., t. 1, p. 29); 4. 1830 fig. « accommoder au goût du jour » (BALZAC, Œuvres div., t. 2, p. 237); 5. 1833 « remettre en bonne forme » (VIDAL, DELMART, Caserne, p. 101: elle est joliment retapée et requinquée le dimanche); 1861 se retaper « se rétablir, retrouver sa santé » (GONCOURT, Journal, p. 988); 6. 1888 arg. des écoles (VILLATTE, Parisismen); 7. 1929 « taper une seconde fois » (CLAUDEL, loc. cit.). Dér. de taper; préf. re-; cf. l'a. fr. retapoiier « taper de nouveau » (ca 1250, Doon de Mayence, 48 ds T.-L.). Fréq. abs. littér.:94.
DÉR. 1. Retapage, subst. masc. Action de retaper, de réparer. L'attrait extérieur de Notre-Dame résidait dans sa façade et se confinait là. En revanche, malgré tous les retapages qu'il avait endurés, l'intérieur avait conservé le charme familier de ses vieux ans (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 139). Au fig. L'étude de ce matin qu'il fait de la peintresse aux tableaux qui ressemblent à des Gozzoli fabriqués à Sainte-Anne, c'est un retapage de la glorification de la peintresse Jacquemin inventée par notre ami (GONCOURT, Journal, 1893, p. 478). []. 1re attest. 1861 mars (ID., ibid., p. 889). 2. Retapeur, -euse, subst. a) Personne qui retape, remanie, répare. Non, jamais la postérité ne saura quelles cervelles de plumassiers du Marais c'est que tous ces gens-là! (...) Arrangeurs, retapeurs de vieilles situations, carcassiers à la journée et à la tâche, crayonneurs de caractères usés sur les planches jusqu'à la corde, ils n'ont jamais eu le temps de lire un livre (GONCOURT, Journal, 1860, p. 718). b) Personne qui fait la retape. En robes plus ou moins pompeuses, Elles vont comme des souris, Ce sont les jeunes retapeuses Qui font la gloire de Paris (A. GLATIGNY ds FRANCE 1907). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) 1856 subst. fém. retapeuse « prostituée » (A. GLATIGNY ds LARCH. 1872, p. 214), b) 1860 mars subst. masc. « celui qui remet à neuf » (GONCOURT, Journal, p. 718), 1873 retapeur de casseroles (CORBIÈRE, Les Amours jaunes, p. 80); de retaper, suff. -eur2.
BBG. — QUEM. DDL t. 5, 10 (s.v. retapeur).

retaper [ʀ(ə)tape] v. tr.
ÉTYM. 1611, « presser de nouveau »; v. pron., « se cacher de nouveau », XVIe; de re-, et taper.
———
I
1 (Av. 1880). Remettre dans sa forme en donnant des tapes.Retaper un chapeau, en serrant les bords contre la forme. || Retaper un lit : taper, tirer, défroisser la literie pour que l'aspect en soit net; par ext., faire un lit sans ôter toute la literie pour la replacer comme il faut.
1 (…) Toine-ma-Fine passa ses jours et ses nuits dans son lit qu'on ne retapait qu'une fois par semaine, avec le secours de quatre voisins qui enlevaient le cabaretier par les quatre membres pendant qu'on retournait sa paillasse.
Maupassant, Toine, II.
2 (1752). Fam. Réparer, arranger grossièrement; redonner superficiellement un aspect neuf, net à (qqch.). || Retaper une vieille maison, un étalage (→ Main, cit. 91). || Faire retaper un vêtement. Au p. p. || Une bicoque retapée.
(D'un texte). Arranger.Modifier en transformant.
2 (…) ses filles, en camisole sale, tiraient furieusement l'aiguille, retapant avec de nouvelles garnitures leurs uniques toilettes qu'elles changeaient ainsi morceau à morceau depuis l'autre hiver.
Zola, Pot-Bouille, III, t. I, p. 57.
2.1 Les auteurs d'aujourd'hui (…) prennent un drame et le transforment en opérette, retapent une comédie en opéra.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 241.
3 Ce n'est pas du tout rédigé. Pas du tout présentable (…) Il faudrait au moins que j'aie le temps de retaper un peu mon texte.
J. Romains, le Besoin de voir clair, Carnet personnel…, XVII.
3 (1866). Fam. Remettre en bonne santé, en bonne forme. || Quelque bonne médecine indigène (cit. 2) qui m'aurait retapé. Remonter.
4 (1888). Argot scol. Vx. Recaler à un examen. || Il s'est fait retaper au brevet.
———
II
1 Taper de nouveau.
4 J'essayais de retaper cet autre idiot qui avait juste la force de se cramponner d'une main à un arbre pendant que de l'autre il se tâtait la gorge en essayant d'avaler et de retrouver sa respiration (…)
Claude Simon, le Vent, p. 38.
2 Emprunter une nouvelle fois à (qqn). || Je n'ose pas le retaper de mille francs.
3 Taper de nouveau à la machine. || Retaper une lettre.P. p. || Lettre mal retapée.
———
III V. intr. Faire la retape.
5 Adé n'est pas une putain, c'est pire ! Il faut infiltrer sournoisement, charmer, ravir. Toi, tu retapes !
A. Lanoux, le Commandant Watrin, p. 251.
——————
se retaper v. pron.
ÉTYM. (1871).
Recouvrer la forme, la santé. Récupérer, requinquer (se), rétablir (se).
DÉR. Retapage, retape, retapeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • RETAPER — v. a. Retrousser les bords d un chapeau en les serrant contre la forme. Cette acception a vieilli.  Il signifie aujourd hui, Remettre un chapeau à neuf. Ce chapeau a besoin d être retapé. Faire retaper un chapeau.   En termes de Perruquier,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RETAPER — v. tr. Remettre en état ce qui a été froissé, bossué, détérioré. Retaper un chapeau, une robe. Fig., Retaper un vieux drame, Le remanier. SE RETAPER signifie Rétablir sa santé ses affaires. Il s’est bien retapé. Il est très familier dans toutes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • retaper — (re ta pé) v. a. 1°   Repousser en tapant. •   M. le duc d Orléans fit ce qu il put pour arrêter ses larmes, et pour bien retaper ses yeux, SAINT SIMON 293, 239. 2°   Anciennement, retrousser les bords d un chapeau en les serrant contre la forme …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • retaper — vt. ; réparer ; redonner des forces ; restaurer, embellir : (a)rtapâ (Albanais.001, Arvillard) ; rèstorâ (Giettaz). E. : Refaire. A1) se retaper, reprendre des forces, se restaurer ; refaire, reprendre, recommencer, (un travail, un parcours) : sè …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • retaper — v.t. Arranger sommairement : Retaper un lit. / Refuser à un examen. / Redoubler (scol.). □ se retaper v.pr. Recouvrer la santé ; se rhabiller à neuf ; se remettre d un échec financier …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • retaper —    les cheveux. Des cheveux retapés ; dites, taper des cheveux; des cheveux tapés …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • se retaper — ● se retaper verbe pronominal Familier. Reprendre des forces : Il a grand besoin de se retaper. ● se retaper (synonymes) verbe pronominal Familier. Reprendre des forces Synonymes : récupérer reprendre se remettre se requ …   Encyclopédie Universelle

  • retapage — [ r(ə)tapaʒ ] n. m. • 1861; de retaper ♦ Action de retaper; son résultat. Retapage rapide d un lit. Cela ira, après un bon retapage. ● retapage nom masculin Familier. Action de retaper ; fait d être retapé. ● retapage (synonymes) nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • rafraîchir — [ rafreʃir ] v. <conjug. : 2> • fin XIIe « redonner de la vigueur »; var. de refraîchir; de re et fraîchir I ♦ V. tr. 1 ♦ Rendre frais, refroidir modérément. Mettre quelques glaçons dans une boisson pour la rafraîchir. Absolt Seau à… …   Encyclopédie Universelle

  • remettre — [ r(ə)mɛtr ] v. tr. <conjug. : 56> • XIIe; lat. remittere « renvoyer, laisser » I ♦ Mettre de nouveau. 1 ♦ Mettre à sa place antérieure; replacer dans le même lieu. Remettre une chose à sa place, en place. ⇒ rapporter, replacer. Remets ça… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”